le vent nous portera

26 avril 2017

Le printemps Palestinien - Creil - 04 2017 -

le printemps_palestinien

« La Chemise volée » pièce de théâtre d’après l’œuvre de Ghassan Kanafani est jouée pour la première fois en France dans une adaptation, mise en scène et interprétation par le comédien Mustafa Abuhannud. La représentation de la pièce jouée en arabe palestinien, est sous-titre en français.Dédiée à tous les rêveurs de liberté, c’est à une représentation exceptionnelle que nous sommes conviés. Venez voir, cette pièce de théâtre dans la magnifique salle de spectacle du Centre culturel Algérien à Paris. A ne pas manquer ! F.Guemiah Ghassan Kanafani Écrivain et journaliste il a eu une influence importante dans la modernisation de la littérature arabe. Il est l’une des figures fondamentales de la littérature palestinienne. Ses livres parlent de la Palestine, dans lesquels il évoque ses propres expériences en tant que réfugié. Avec Emile Habibi et Jabra Ibrahim Jabra, Ghassan Kanafani est considéré par les critiques littéraires arabes et palestiniens parmi l’un des pères fondateurs du roman palestinien. Né en 1936 à Acre, il est mort à Beyrouth en 1972. Mustafa Abuhannud Comédien, dramaturge, Mustafa Abuhannud est diplômé de l'Institut supérieur des arts du théâtre en Syrie depuis 1984. Il est consacré par le prix du meilleur comédien en 1994 et reçoit le 1er prix de la mise en scène aux deux Festivals arabes de Jordanie en 2006. Il participe régulièrement à de nombreux festivals de théâtre dans le monde arabe et à l’international et à des conférences en tant que critique d’art. C’est à Paris, où il réside actuellement, qu’il décide d’adapter, mettre en scène et interpréter la pièce de théâtre « La chemise volée » d’après l’œuvre de l’écrivain palestinien Ghassan Kanafani.

Posté par zirkal à 05:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Solange - A seat at the table -

Solange_-_A_Seat_at_the_Table

Solange se cache derrière son prénom. Pour ceux qui ne suivent pas au jour le jour l'actualité de la musique noire amé­­ricaine, elle délivre peu d'indices. Rien ne laisse penser qu'elle est la deuxième chanteuse de la famille Knowles, la soeur cadette de Beyoncé. Même s'il leur arrive de collaborer, elles suivent des voies divergentes en explorant la même veine musicale. Solange a choisi les marges. Elle ne court pas après les tubes mais veut s'imposer comme la figure de proue d'une soul moderne, déviante et radicale, elle redistribue les cartes et s'entoure de musiciens aussi différents (et indépendants) que les Dirty Projectors, Blood Orange ou Lil Wayne. A seat at the table, son troisième album, est une longue suite sophistiquée où les chansons semblent se fondre dans un souffle éthéré. La voix de la jeune grâce plane à des altitudes où elle évoque parfois la douce ivresse de Minnie Riperton. Tout est paisible, tout est délicat, mais plus on se laisse porter par le flux de la musique, plus on en distingue les éclats et les aspérités, les accents de colère contre une Amérique où les Noirs n'ont toujours pas leur place, et encore moins de pouvoir. Le ton est tranchant, la musique libre et vaporeuse, un envoûtant patchwork de funk et d'électro, de jazz et de R'n'B porté à un haut degré d'incandescence par les magnifiques arrangements du génie rétro-soul Raphael Saadiq. — Laurent Rigoulet

Posté par zirkal à 05:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

M - Lanomali -

M-Lanomali-JustMusic

Lamomali est l'album Malien de -M-, Toumani et Sidiki Diabaté. Vingt ans après ses premières collaborations avec des musiciens africains et plusieurs voyages au Mali, -M- se lance dans cette aventure avec les deux stars internationales de la kora que sont Toumani et Sidiki (père et fils, l'un ayant reçu deux Grammy Awards tandis que le plus jeune remplit déjà des stades en Afrique sous son nom), aux côtés de l’immense chanteuse Fatoumata Diawara (découverte notamment à travers le succès du film Timbuktu, 7 Césars en 2015) et de nombreux invités venus de tous horizons, pour construire une passerelle entre Paris, Bamako et le monde. Lamomali est un grand disque d’afro pop mixé par Philippe Zdar (Cassius/ The Rapture, Phoenix, Sébastien Tellier…) et Olivier Lude (Vanessa Paradis, Yodélice…). Lamomali est un disque bouillonnant de vie et d’amour, de talent et d’audace, d’innovation et d’imagination débridée.

Posté par zirkal à 05:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Gao Bo - la MEP - 02 2017 -

gao bo 2

gao-bo-offrandes-mep-7-fc3a9vrier-2017-6-copier

Gao-Bo-photo-sang-1-940x529

Gao-Bo-photos_-940x529

Artiste né en 1964 dans la province du Sichuan en Chine, Gao Bo vit et travaille à Pékin. Depuis plus de trente ans, Gao Bo modèle son oeuvre, aux frontières de la photographie, de l’installation et de la performance. Il découvre sa vocation après un premier voyage au Tibet en 1985, où il réalise une série de portraits d’un classicisme et d’une maîtrise saisissants. Intrigué par cet ailleurs, confronté à une altérité dans laquelle il décèle instantanément une profonde familiarité, Gao Bo retourne plusieurs fois au Tibet au cours des années 1980 et 1990. Il immortalise les rites millénaires des moines bouddhistes, la vie quotidienne d’un peuple empreint de spiritualité, dans ce paysage minéral et grandiose, entre ciel et terre. Très vite, nourri autant des préceptes de Marcel Duchamp que de la pensée de Lao Tseu, Gao Bo ressent les limites de sa pratique photographique et entame un processus de questionnement et de réinvention autour de son travail. Utilisant le matériel photographique produit au cours de ses premiers voyages au Tibet, il reprend ses tirages et les recouvre d’encre, de peinture et de son propre sang. Au fil des années, les interventions de l’artiste sur les photographies se font de plus en plus extrêmes et flirtent avec la performance, allant jusqu’à recouvrir de peinture noire des tirages monumentaux, ou à brûler entièrement une série de portraits de condamnés à mort pour en récolter les cendres. Gao Bo n’a de cesse de repousser les limites du medium photographique, questionnant la disparition, la trace et le renouveau possible à travers un processus créatif aux frontières de la destruction. La Maison Européenne de la Photographie consacre une grande rétrospective du travail de Gao Bo, des premières photographies tibétaines aux installations les plus récentes, la plupart présentées pour la première fois en Europe. Cette exposition met en lumière les thèmes chers à l’artiste et s’attache à révéler les spécificités de sa démarche, mêlant cheminement conceptuel et recherche plastique.

Posté par zirkal à 05:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Notre Amérique - Maël & Kriss -

notre amérique 1

12 novembre 1918. La guerre vient de se terminer, et vainqueurs comme vaincus s’apprêtent à vivre à nouveau, après quatre années de parenthèses sanglantes. Julien est soldat français, il est chargé de ramener à Paris une voiture de l’Etat-major. Sur son chemin il croise Max, un soldat allemand mais alsacien et surtout anarchiste. Julien se laisse convaincre de ramener l’ancien ennemi à Paris. Max veut lui présenter les bonnes personnes. Celles qui, comme lui, ont le regard braqué sur la Russie et le combat de Lénine et les siens. Max a un plan pour venir en aide aux révolutionnaires. Julien, lui, désireux de tourner la page de son ancienne vie, décide de le suivre. Ils ignorent que leurs plans vont les amener bien loin de la Russie et qu’ils vont rejoindre le continent américain.

Posté par zirkal à 05:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Martha & Alan - Emmanuel Gibert -

GuibertMarthaetalanCouv

MARTHA ET ALAN : UNE TRÈS BELLE RENCONTRE Pasadena, Californie, années 30. Alors qu’ils n’ont que cinq ans, Alan et Martha deviennent amis après que la fillette fut exclue d’un jeu à l’école. Protecteur, il accepte néanmoins de jouer avec elle. C’est le début d’une belle et grande histoire d’amitié qui se transformera en amour. Leurs parents deviennent amis et Alan vient souvent jouer chez Martha. Il faut dire que depuis que sa maman est décédée et que son père s’est remarié avec une femme de plus 20 ans, cette dernière n’est pas très agréable avec lui. La maison de Martha est alors un beau refuge. Jeux dans les arbres, dans le fossé à inondation ou la chorale à l’église, les deux enfants sont inséparables jusqu’au jour où Alan est mobilisé pour le front…

Posté par zirkal à 05:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2017

Je veux une Harley - Margerin & Cuardrado -

je veux une harley 1

Marc Carré vient d’avoir cinquante ans. Comme beaucoup d’hommes, il a le sentiment que le temps va trop vite et qu’il est loin d’avoir réalisé tous ses rêves. À l’issue de son premier examen colo-rectal, il prend une grande décision : acheter la Harley-Davidson dont il rêve depuis toujours. Accompagné d’Alain, un beau-frère ayant déjà succombé aux plaisirs du « free ride » au point de pointer aux Harleymaniaques anonymes, il va entraîner sa femme Tanie, témoin privilégié mais pas concerné pour autant, et va découvrir un nouveau monde : celui des Clubs de motards, des forums spécialisés et des concentrations. C’est le monde des trois “B” : Bécane, Bières et Babes (Pour le troisième, sa femme lui dira « tu peux toujours courir ! »). Quoi qu’il en soit, Marc et Alain ont opté pour la « biker’s life » et c’est désormais le son du V-twin américain qu’on entend battre sous leur poitrine. Reborn to be wild !

Posté par zirkal à 11:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2017

La la land -

la la land

Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions.  De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance.  Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent… Le destin va réunir ces doux rêveurs, mais leur coup de foudre résistera-t-il aux tentations, aux déceptions, et à la vie trépidante d’Hollywood ?

Posté par zirkal à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

PJ Harvey - The Hope six demolition project -

pj harvey the hope

Nouvelle étape sur la route de l'intransigeante Anglaise. Cette fois, après avoir couru le monde, elle chante la souffrance des autres. Avec colère, avec amour. Vingt-cinq ans de carrière, une dizaine d'albums puissants et courageux, parfois difficiles, jamais inutiles. PJ Harvey avance toujours, droite dans ses bottes, se garde de la surproduction, évitant la dilution ou la saturation. Après avoir été jusqu'au bout de l'introspection, en 2007, sur le déchirant White Chalk, carnet intime des manques, regrets et deuils dans sa vie privée, la farouche et intransigeante Anglaise a jeté toutes ses forces dans l'enfiévré Let England shake, interrogeant la nature même de sa/la citoyenneté britannique, autant source de fierté que de honte au regard du passé qui a forgé la nation. Cinq ans plus tard, PJ Harvey pose son regard sans fard sur les autres, ailleurs. Celle qui s'est définie un jour comme une nomade, destinée à porter sa musique à travers le monde, a conçu un album en forme de journal de bord du périple qui l'a menée incognito au coeur de la souffrance et de la misère au Kosovo, en Afghanistan ou dans les quartiers pauvres de Washington. Chez tant d'autres, un tel projet accoucherait d'un disque pataud, aux effluves world convenus, au propos militant écrasant. The Hope Six Demolition Project n'a certes rien d'un joyeux disque de pop carillonnante, ne possède pas le souffle épique des arrangements de Let England shake. Et pourtant, une fois de plus, en réveillant le rock rêche nourri de blues, habillé de choeurs gospels primitifs, qu'elle creusa autrefois sur To bring you my love, PJ Harvey préserve son sens inné d'un lyrisme sans excès, d'une passion sans mièvrerie, d'un rock à guitare rugueux et concis qui va droit aux tripes et au coeur. Porté par son chant généreux et habité, on voyage avec elle, on ressent la désolation et la désespérance qu'elle voit, la chaleur humaine qu'elle côtoie. Un album de colère et d'amour, sans effets de style ni de glamour. Celui d'une femme qui ignore la complaisance, la facilité. Une rockeuse unique, altruiste, indignée. — Hugo Cassavetti

Posté par zirkal à 07:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Entre terre & mer - 1 - Bresson / Le Saec -

entre terre et mer 1

Printemps 1920, Pierre Abgrall vient de perdre sa mère. Plus rien ne le retient chez lui, pas même l’amour que lui porte la jeune Léa Cloarec. Il décide alors de tout quitter, de partir comme saisonnier sur la côte Malouine. Homme de la terre, c’est la première fois qu’il découvre la mer… Embauché sur le littoral fertile, il loue ses bras à la ferme de Jeanne. Là-bas, les femmes vivent seules, cultivent la terre ou labourent les flots en priant pour le retour de leurs hommes partis en mer. Marins de père en fils, ceux que l’on surnomme les «Terre-Neuvas» s’en vont pêcher la morue sur le «Grand Banc» de Terre-Neuve à bord d’une goélette morutière Malouine «La Charmeuse». Tous les jours, Marie la lavandière, face au large, guette le retour de son promis embarqué pour une campagne de pêche. Dès le premier regard, Pierre s’éprend d’elle et oublie Léa restée à la ferme. Peu à peu, la curiosité du jeune homme se tourne vers la mer, malgré le danger et surtout pour les beaux yeux de Marie, qui n’a de fascination que pour les marins. Qui sont ces hommes pour qui le coeur des femmes bat si fort ? Ces aventuriers qui affrontent brumes et tempêtes pour nourrir leurs familles, ces «forçats de la mer» qui contemplent toutes les beautés de Terre-Neuve, qui vivent tous les malheurs et survivent grâce à une très forte amitié… Avec Pierre, nous vivons au jour le jour leur existence, leur quotidien. Avec Marie, Jeanne et les autres, nous connaissons l’angoisse de ceux qui restent à terre.

Posté par zirkal à 07:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]