le vent nous portera

07 juillet 2015

Starshooter

Starshooter-album1

C'était une époque bénite où les maisons de disques envoyaient des groupes comme nous en studio sans savoir ce qui allait en sortir. Elles ne savaient pas non plus comment nous vendre. On arrivait de nulle part, sans mode d'emploi, avec une musique branchée directement sur un public nouveau. C'est Michel Zacha qui a assuré notre direction artistique. On ignorait qu'il nous en fallait une ! À l'époque il était encore chanteur et ne jurait que par les Beatles avant d'entendre notre version massacrante de "Get Baque". Il a alors arrêté sa carrière pour devenir le producteur de rock français le plus prolixe du moment. Il a suivi Starshooter sur trois albums et a aussi produit mes débuts en solo. C'est l'album du tube "Betsy Party" et d'une reprise tonitruante du "Poinçonneur des Lilas" très appréciée par Serge Gainsbourg. Avant cela nous avions sorti deux 45 tours: "Pin-up blonde / Quelle crise, baby" et "Get Baque / En chantier" qui fut retiré des ventes du fait que nous n'avions pas demandé l'autorisation de la reprise aux Beatles. L'auraitent-ils donné ? (Kent)

Posté par zirkal à 08:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 juillet 2015

Franz Ferdinand

franz_ferdinand

La Chronique de Mr Malo : On pourrait se méfier en tendant une oreille à l'attention du premier album des Franz Ferdinand. Rien ne semble laisser au hasard dans cet opus. Couverture impeccable siglée Bauhaus, symbolisme réservé aux initiés qui se caresseront langoureusement leurs barbichettes d'étudiants en archi' tout en se persuadant d'être les seuls à piger. Format efficace n'excédant pas les quarante minutes, longévité officielle des collectors et autres microsillons platinés. Thèmes récurrents pour des paroles issues de la problématique post-adolescente. Amour vache sur le tubissime « Take me out », romance déglinguée avec « Cheating on you », révolte absurde plein les neurones à l'écoute de « This fire ». On froncerait volontiers les sourcils quand s'installe dans nos tympans le son précis, net et sans bavure des quatre mecs de Glasgow. Savant mélange de post-punk, new-wave, pop-rock, véritable formule miracle qui donne à toutes les clefs de sol un air de tiroir-caisse. On plisserait un tantinet les yeux croyant reconnaître une mélodie par-ci ou un refrain par-là. Par tous les Saints et leur cortège de barbus aux regards aussi expressifs que celui de Benjamin Castaldi un soir de grande audience ! On vient de se payer votre tronche et déjà, vous avez dans la bouche ce petit goût de sang qui précède toutes les grandes revanches. Un hurlement jusqu'ici inconnu des humains s'échappe de votre gorge tandis que vous quittez votre tanière. Vous fendez la foule afin de revenir sur vos pas illico-presto. Vous dévalez les escaliers comme la bête humaine que la tromperie a fait de vous, pénétrez dans la boutique d'un bond animal pour atterrir nez à nez avec le vendeur. Le salopard, encore ignorant du destin qui l'attend vous décoche son sourire le plus engageant puis déclare tout de go « Bah alors mon pote, tu veux autre chose ? ». La raison vous a quitté, vous n'êtes plus que colère et écume mousseuse. Vous lui sautez à la carotide dans un grognement primitif et mordez dans sa veine à pleines dents. Sa résistance s'évapore à l'instant où vous parvenez à lui arracher l'oreille gauche. Les clients, témoins de la juste vengeance, évacuent l'échoppe à grands renforts de cris stridents. Ce qui, il faut bien le dire, ne vous empêche pas d'éviscérer le damoiseau goulûment. Les forces de l'ordre, elles-mêmes, mettront quelques longues minutes à vous faire lâcher la dépouille...Alors que, installé à l'arrière de la bagnole de police, vous observez la ville défiler dans une lumière crépusculaire. Deux ou trois petites choses vous taraudent l'esprit. Une pochette d'album qui évoque le constructivisme, c'est assez osé tout de même. Ne pas dépasser une heure pour un album de Rock est essentiel. On est là, pour prendre des claques, pas se caresser sur du Free-Jazz. Et puis on a affaire à un premier album, les textes n'ont pas forcément été pondus en studio. Ils datent probablement des premières répétitions dans un entrepôt désaffecté, à l'époque où Nick Mc Carthy et Alex Kapranos apprenaient la vie à coups de bitures et de gonzesses peu fréquentables. Fallait bien les sortir à l'occase ces morceaux, même si on a pris quelques années dans le cornet. Les influences des Franz Ferdinand sont évidentes et alors ?! On décèle du Talking Heads dans le côté doucement anachronique de leur son, peu importe ! Un swing sexy-punk qui n'est pas sans rappeler Blondie, au poil ! Une décontraction toute en classe que n'auraient pas renié les Kinks, qu'à cela ne tienne ! Vous souriez au souvenir de cette citation de Cocteau, « La mode, c'est ce qui se démode. ». Bon dieu, ce que vous êtes spirituel. La puanteur du sang séché sur vos fringues vous ramène à la réalité tandis que la caisse des flics ralentit à l'approche d'un parking désert hormis deux ou trois ambulances. On vous extrait brutalement du véhicule pendant qu'une jolie quarantenaire se présentant comme votre avocate vous conseille de vous taire pour l'instant. Dès votre entrée dans le bâtiment, vous constatez que les couloirs sont horriblement trop éclairés alors que des infirmiers prennent le relais des policiers. Deux gros balèzes aux regards noirs qui vous poussent sans ménagement dans votre chambre-cellule. Vous apprenez que vous pourrez vous laver tout à l'heure et qu'on vous laissera vous promener tous les après-midi entre treize heures et seize heures. Vous demandez à faire pipi, on vous répond que c'est envisageable, à condition que vous preniez vos pilules.

Posté par zirkal à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La banque 3 - 1857-1871 -

la banque tome 3

La guerre familiale entre les Saint-Hubert se poursuit, mettant en scène les descendants de ceux qui ont animé les deux premiers épisodes de la série. Le contexte historique est toujours aussi passionnant puisque nous sommes maintenant au Second Empire, avec la reconstruction de Paris par le préfet Hausmann et, bien sûr, les énormes enjeux financiers liés à cette immense opération immobilière.

Posté par zirkal à 09:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

S.O.S Lusitania - La mémoire des noyés -

sos lusitania la mémoire

Torpillé par le sous-marin U-20, le Lusitania sombre en 18 minutes. De nombreux éléments laissent à penser qu'il s'agit d'un naufrage organisé au mépris de la vie des 2160 passagers et marins. Pourquoi et par qui ? Alfred Vanderbilt, officiellement disparu, mais survivant sous une autre identité, veut connaître la vérité. Avec lui, d'autres rescapés sont décidés à venger la mort des innocents avec l'aide d'un agent double qui était présent à bord.

Posté par zirkal à 09:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2015

The beatles - Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band -

sgt-pepper-10

sgt-pepper-11

sgt-pepper-12

sgt-pepper-13

sgt-pepper-14

Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band est le huitième album des Beatles. Cet album est souvent cité comme leur plus grande œuvre et l'un des albums les plus influents de tous les temps par les critiques1, figurant entre autres à la première place dans la liste des 500 plus grands albums de tous les temps du magazine Rolling Stone2. Enregistré par les Beatles sur une période de 129 jours, l'album est sorti le 1er juin 1967 en Grande-Bretagne et le jour suivant aux États-Unis. Par son retentissement, par la façon dont il a révolutionné l'industrie du disque, par sa durée de vie dans les hit-parades, par la force avec laquelle il a capté l'air de son temps — il fut la « bande sonore » du Summer of Love —, Sgt. Pepper reste encore à ce jour une pierre angulaire de l'histoire de la musique et de la culture populaire de la seconde moitié du XXe siècle.(wikipedia)

Posté par zirkal à 05:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



Le magicien de Whitechapel 1

magicien-whitechapel-tome-1-jerrold-piccobello

Londres, 1887. Jerrold Piccobello, magicien parmi les plus prestigieux du royaume britannique, se fait une nouvelle fois remballer d’une audition comme un malpropre. Désespéré, l’homme revient sur les lieux de son enfance, là où tout a commencé et où il fera une rencontre pour le moins inattendue… Premier tome du Magicien de Whitechapel, une trilogie qui oscille entre l’aventure humaine et le récit fantastique

Posté par zirkal à 05:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2015

Walking dead 22 - Une autre vie -

walking dead 22

La Colline, Alexandria Quelque temps après la Guerre totale. Une autre vie commence pour les survivants de la terrible bataille qui a opposé Negan, Rick et Ézéchiel. La menace directe de Negan écartée, chacun espère retrouver une existence à peu près normale. Mais cest sans compter sur les zombies, les vivres quil faut trouver et, surtout, Robert Kirkman et son sens du drama Cest une autre vie qui commence.

Posté par zirkal à 07:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

HK & les Saltimbanks - Rallumeurs d'étoiles -

00-hk_and_les_saltimbanks-rallumeurs_detoiles-(web)-fr-2015

Sort le 3ème opus de HK ET LES SALTIMBANKS, Rallumeurs d'étoiles, dont le titre est inspiré d'un vers d’Apollinaire : « Il est grand temps de rallumer les étoiles », une référence à une époque sombre, propices aux obscurantismes de toute forme entre fanatismes et xénophobies. Cet album se conçoit à la fois comme un hommage et une utopie. Une ode à tous les « rallumeurs d'étoiles » anonymes qui, chaque jour, à leur petite échelle, par un geste, un engagement, une parole, une création, entretiennent une lueur. Des chansons pour aujourd'hui et pour demain, comme Rallumeurs d'étoiles dont le refrain est chanté par les enfants du groupe, Dounia, en duo avec le chanteur malien Aboubacar Kouyaté ou encore Para cuando la vida ? Un véritable tube dans lequel HK se joint au chanteur chilien Leon Pena Casanova pour interroger nos sociétés « déshumanisantes ». Des chansons d'amour aussi comme Si un jour je tombe et Je te dis non. Amour, musique, voyage... alors, adieu HK le chanteur engagé ? Certainement pas, mais peut-être que cet engagement se fait aujourd'hui plus subtil, plus mûr. Un engagement résolument artistique et créatif : « sans haine, sans armes et sans violence ». Tout ça, tout ce qu'il est, tout ce qu'il combat, tout ce qu'il défend, HK l'explique dans la chanson A nous d'jouer, revenant sur son parcours : 20 ans d'écriture et de musique, du bas des tours HLM de son quartier jusqu'aux plus grands festivals ; 20 ans de combats contre toutes formes de préjugés, d'étiquettes et d'à priori. 20 années qui, espère-t-il, en appelle 20 autres.

Posté par zirkal à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2015

Bob Dylan - Blonde on blonde -

blondeonblonde

La Chronique de Mr Orange : Au début des années 60 un jeune homme nommé Robert Zimmerman débarque à Greenwich Village, un quartier bohème où vivent artistes et activistes politiques. Se faisant appeler Bob Dylan, ce nouveau venu sur la scène locale attire très vite l'attention grâce à ses chansons accrocheuses et minimalistes et ses textes qui font montre d'un esprit particulièrement affuté. En 1966, après sept albums parus en 4 ans, le Zimm est devenu une superstar, le porte-drapeau d'une frange politisée de la jeunesse américaine autant que le garçon aux poèmes mis en musique. Il sort Blonde On Blonde, qui clôt le chapitre de ses disques électriques, un disque magnifique sur lequel les morceaux pop-folk (I Want You, Just Like A Woman) côtoient des titres plus surprenants tel l'excellent Stuck Inside Of Mobile With The Memphis Blues Again, une interminable complainte enfumée et rythmée qui colle parfaitement à un album rock blues éloignant encore plus Bob Dylan de ses premiers admirateurs, de ceux qui venaient en masse écouter son folk engagé et ses histoires d'amours déchus.

Posté par zirkal à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Soapkills - The best -

soapkills-cover-web-01

Ils sont libanais. Ils s’appellent Soapkills. Il est désormais possible de les découvrir ou de les réécouter grâce à un best-of récemment publié. 10 ans de Soapkills, c’est la dernière nouveauté musicale de la saison de Pop & Co, par Rebecca Manzoni. Tous les titres de cette compilation ont été écrits il y a une dizaine d’années. Pourtant, c’est à aujourd’hui que l’on pense en les écoutant. En 2015, des hommes et des femmes meurent en Méditerranée, pour rejoindre une Europe aux portes fermées. Ce disque-ci dit simplement la richesse possible d’un mariage entre l’Orient et l’Occident. Et il le dit avec langueur et volupté. Voici donc Soapkills. Elle, c’est Yasmine Hamdan. Lui, c’est Zeid Hamdan. Ils portent le même nom mais n’ont aucun lien de parenté. A la fin des années 1990, ils vivent à Beyrouth. La guerre civile est terminée et une période de reconstruction commence. Ces deux-là se mettent alors à faire de la musique comme on prend la parole. Ils ne se reconnaissent ni dans la pop kitsch orientale, ni dans la musique traditionnelle. Ils ouvrent une voie nouvelle. Soapkills est l’un des premiers groupes à marier l'électronique aux classiques de la musique arabe.

Posté par zirkal à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]