le vent nous portera

04 mars 2015

Benjamin Clementine - At least for now -

Benjamin-Clementine-At-Least-For-Now-600x600

Outre son patronyme d'excentrique aristo du swinging London, Benjamin Clementine a déjà de solides atouts dans sa manche : une taille mannequin, une belle gueule anguleuse de prince africain, une voix de stentor, un aplomb du tonnerre et une histoire qui fait de lui l'enfant chéri des médias de Londres et de Paris (SDF à Montmartre, chanteur sur la ligne 2 du métro parisien...). Ses concerts exal­tés, qu'il donne pieds nus, au bord de la syncope, déchaînent les passions. Depuis la publication de sa première chanson, Cornerstone, où il magnifie son expérience de clochard céleste (« seul dans ma boîte de pierre ») sur une trame dramatique de piano en cavale, les chroniqueurs n'ont qu'un nom à la bouche, Nina Simone, « grande prêtresse soul » dont l'héritage se ravive dans les élans de liberté d'une jeune génération qui la cite à tout bout de champ (d'Antony à Michael Kiwanuka). Dès les premiers accords de ce premier album, dès que le jeune Benjamin pose ses mots sur le piano solennel de Winston Churchill's Boy, on ne peut que se rendre à l'évidence de la filiation : comme son modèle, le musicien des quartiers nord de Londres s'est rêvé en musicien classique (disciple de Satie), avant de se plier au format de la chanson, et il se donne pour mission de soulever, dans chaque couplet, un tourbillon d'émotions. La voix de ténor de cet admirateur de Brel et de la Callas lui autorise toutes les acrobaties et il s'en donne à coeur joie sur les onze chansons qui signent son acte de naissance. On a juste parfois envie qu'il se pose et s'efface derrière les fastes de ses constructions harmoniques, ce sera sans doute pour plus tard. — Laurent Rigoulet

Posté par zirkal à 13:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 mars 2015

Toute photographie fait énigme - MEP - Paris 01 2015 -

mf02-avant-louverture-du-salon-des-surindependants-paris-1952-interpress1952-interpress-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000

mf04-photomontage-carte-postale-photographique-vers-19201-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000

mf05-anonyme-vers-19301-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000

mf06-anonyme-vers-1910-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000

mf09-reunion-de-modelistes-photo-de-presse-vers-1930-tt-width-836-height-550-fill-1-bgcolor-000000

Les images photographiques, qui nous sont tellement familières, passent pour immédiatement intelligibles. Et pourtant, la plupart d’entre elles provoquent un bref étonnement ou une perplexité qui perdure, et le sentiment que nous sommes devant une interrogation plutôt qu’une évidence. En prenant appui sur une collecte personnelle d’images de toute époque glanées au fil des ans, d’anonymes, d’inconnus, d’auteurs oubliés ou d’amateurs, d’images de presse, qui échappent à la classification, à l’esthétique et à la muséification, Michel Frizot, historien de la photographie, exerce un regard qui va à rebours des critères de l’histoire, de l’art et de l’excellence. Le parcours de l’exposition se déploie par étapes, en 170 photographies, à la recherche de « ce qui fait énigme pour le regard » au cœur du processus photographique, qu’il s’agisse de sa mise en œuvre (saisie, prise de vue), de la nature ou du comportement du sujet photographié, des initiatives et des choix du photographe. Des images inédites et ignorées démontrent leur puissance d’évocation et nous ouvrent à notre propre activité de regardeurs confrontés aux interrogations très humaines que suscite la photographie. On envisage successivement l’énigme s’inscrivant
dans la présence et la disposition des choses,
dans des propositions formelles inattendues,
dans une acuité perceptive inhabituelle,
dans les artefacts relevant strictement de la photographie Un choix de vues stéréoscopiques où la circulation du regard en profondeur amplifie la sensation d’insolite, est présenté sur écran avec visionnage en lumière polarisée (Réalisation on situ).

Posté par zirkal à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Elle s'appelait Tomoji - Jiro Taniguchi -

tomiji-rue-de-sevres

Japon, début du XXe siècle, préfecture de Yamanashi. Là, au coeur d’un monde rural paisible dont les rythmes et les préoccupations paraissent à des années-lumière de la trépidante Tôkyô, l’existence de la jeune Tomoji, d’abord enfant puis adolescente et enfin jeune femme, suit les méandres d’une destinée humaine capricieuse, marquée par l’alternance des joies, des souffrances et des coups du sort. Elle connaîtra surtout, grâce à sa rencontre avec le séduisant Itô, le bonheur de l’éveil à l’amour, clé de son épanouissement futur.

Posté par zirkal à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2015

Afrika Bambaataa - GAM Ceil - 01 2015 -

afrika-bambaataa-recto-01

Le morceau Zulu Nation Throw Down de Soulsonic Force sortait il y a 35 ans et annonçait l’avènement d’un mouvement novateur et contestataire : le hip-hop. Un mouvement qui a su investir et révolutionner tous les arts (danse, écriture, arts visuels et, bien en- tendu, musique). Une culture d’abord communautaire devenue aujourd’hui universelle. La GAM a voulu fêter cet anniversaire de la plus belle manière qui soit en invitant le 5 février le fondateur du genre, l’américain Afrika Bambaataa. Créateur de la fameuse Zulu Nation, auteur du tube planétaire Plan- et Rock, il est aussi le premier DJ hip-hop con- nu officiant dans de grandes « block parties » pendant les 70’s, laissant déjà présager la montée en force du hip-hop. Une grande fête dans l’esprit fédérateur de l’uptown rock- ers des eighties.

10949731_10153019632203926_3586625369499287581_o

Posté par zirkal à 05:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Zee Avi

zee_avi

La Chronique de Mr Orange : Découverte par Patrick Keeler, batteur des Greenhornes et des Raconteurs, alors qu'elle avait posté quelques-unes de ses chansons sur Youtube, Zee Avi est une chanteuse et guitariste Malaisienne particulièrement attachante. Alors qu'elle ne se destinait en rien à une carrière artistique, ses chansons folk pop délicates et sa voix suave ont séduit plusieurs labels, et l'écoute de ce disque éponyme sorti en 2009 désavoue complètement l'expression et l'idée selon laquelle une aiguille dans une botte de foin ne vaut pas la peine d'être cherchée. Car sur ce coup-là on serait fou de ne pas essayer de s'y piquer. Il faut se frotter au disque de Zee Avi, dont la voix toute en nuances et en contrastes pourrait, s'il fallait la définir, être assimilée à celle de Rosemary Standley, chanteuse de Moriarty, ou à celle de Feist. Le pire dans l'histoire c'est que la belle ne se contente pas de frimer avec sa superbe voix, mais elle la met au profit de mélodies plus tenaces les unes que les autres, et se permet même d'alterner des morceaux qui sautillent (Bitter Heart, Darling) et des morceaux plus graves qui n'ont de lourde que leur charge émotionnelle (First Of The Gang). Votre serviteur est bien conscient de l'emploi outrancier de superlatifs dans la présente chronique, mais quand un disque distance à ce point la concurrence, il est difficile de contourner cet écueil.

Posté par zirkal à 05:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



15 février 2015

Réponses photo 275

rp 275

Plus de 20 pages pour découvrir les idées à mettre en oeuvre, le classique analysé, un jour avec Alexis Pichot - Photographe, spécialiste du light painting, les exemples des lecteurs avec les Becker et Yohan Terraza, et comment choisir son trepied! Découvrez également tous nos conseils pour protéger vos images sur internet, le résultat du concours RATP, les nombreux nouveaux concours pour bien commencer l'année, le portfolio de Romain Laurendeau, lauréat du prix Réponses Photo / AFD - Agence Française de Développement, dont l'interview est disponible dans son intégralité uniquement sur votre page facebook préférée! Et les portfolios des nouveaux regards, @Patrick Tombelle et Catherine Delétoile, ainsi que les actus matériel, 15 jours avec le Canon EOS 7D MkII, le comparatif logiciels Capture One vs DXO Optics Pro, le test compact avec le Sigma France DP QUattro, le test du Lytra Illum, et bien sur, les accessoires, le cahier culture et toutes vos rubriques habituelles .

Posté par zirkal à 10:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2015

Commandant Achab - Tout le monde meurt -

commandant achab 4

Toujours sur la côte normande où il se sont rendus à l’occasion de leurs congés d’été, mais bien vite rattrapés sur place par une affaire criminelle hors du commun, Achab Cohen et son adjoint Karim Al-Misri sont sur la piste de Pierre Rivière, chirurgien, natif de la région et assassin présumé. Toutes ses victimes, et elles s’accumulent au fil des jours, ont pour point commun d’être découvertes amputées d’une partie de leur corps – qui d’un bras, d’une jambe, qui de la tête… Macabre particularité qui ne laisse évidemment pas insensible Achab, lui-même unijambiste. Qu’y a-t-il derrière ces assassinats récurrents ? Une pulsion incontrôlable chez un homme qui lui-même a vu son corps transformé de fond en comble sous le bistouri ? Ou un « simple » règlement de comptes dont l’origine remonte à l’enfance ? Tandis que les deux flics enquêtent, la violence se déploie là où on l’attendait le moins : au coeur même de la vie privée d’Achab…

Posté par zirkal à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tricky - Mixed race -

mixed_race_tricky

Mixed Race est le neuvième album du rappeur / producteur britannique Tricky, sorti le 27 septembre 2010. Il a été enregistré à Paris où Tricky vit

Posté par zirkal à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Walking dead 21

walking-dead-tome-21-guerre-totaleAprès la contre-attaque de Negan sur Alexandria, les dégâts et les pertes sont lourds. Negan a réussi à convaincre certaines personnes de changer de camp. Ézéchiel, quant à lui, est effondré par la mort de son tigre Shiva. La guerre est loin d?être terminée et son issue reste plus que jamais incertaine?

Posté par zirkal à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »