ho

ho1

ho3

street-photography-hong-kong-memoir-fan-ho-161

C’est son amour du petit peuple de Hong Kong qui rend son oeuvre aussi intensément humaine. Comme il le dit lui-même : « J’aime Hong Kong et j’aime les Hongkongais ». Il n’a jamais essayé de créer une collection historique des monuments et bâtiments de la ville, il a au contraire voulu capturer l’âme de Hong Kong, les épreuves et la résilience de ses habitants. Surnommé le « Cartier-Bresson de l’Orient », Ho Fan attendait patiemment le « moment décisif », très souvent la collision de l’inattendu, cadré sur un arrière-plan de texture et construction géométriques brillamment composé. Son approche se basait sur le renforcement scénique de la vie quotidienne par l’utilisation du contre-jour ou la combinaison de fumée et de lumière. Il affectionnait particulièrement les rues, les allées et les marchés au crépuscule. Ho Fan (1931 - 2016),(photaumnales)