JAZZ-A-LA-VILLETTE-2018_3876582707766418517

Accompagné par l’Orchestre national d’Île-de-France dirigé pour l’occasion par Clark Rundell, le pianiste donne la première mondiale de son Concerto pour piano, au carrefour de deux mondes, jazz et classique. Il a publié cette année un After Bach dans lequel il confronte ses talents d’improvisateur au génie du compositeur allemand. En parallèle de son amour pour la tradition du jazz et le swing, Brad Mehldau est en effet pétri de musique savante occidentale. Depuis deux décennies, son jeu lui emprunte certains éléments et techniques d’écriture. Sa fréquentation du répertoire romantique - on connaît sa passion pour Brahms -, ses premières tentatives concertantes comme le double album Highway Rider ou ses arrangements pour cordes pour le disque Walking Shadows de Joshua Redman laissaient penser qu’il se lancerait un jour dans l’aventure d’une pièce symphonique au centre de laquelle son piano serait placé. En voici venir la première mondiale très attendue, qui marquera une étape hautement symbolique dans son parcours d’artiste. Pour ouvrir la soirée, Brad Mehldau se présente seul aux claviers pour un de ces rares piano solo.

brad_mehldau-19-photo__elizabeth_leitzell-xxxxxcm_bw_xxxdpi_rgb